«Bienvenue! Bonnes observations à tous»

 
NOTRE HISTOIRE

Historique de 2000 à aujourd’hui

De 2000 à 2010


Au début de cette décennie, un dépliant promotionnel est créé ainsi qu’une trousse pour les responsables des sorties d’observations. La SLOA participe à une consultation sur les objectifs de Protection et de mise en valeur des ressources du milieu naturel forestier.

En 2003, la SLOA fête ses 20 ans. Arrive Louis Imbeau, chercheur à l’UQAT, biologiste et ornithologue, qui vient insuffler une énergie toute scientifique à l’organisme. Louis y trouve une mine d’informations concernant la compilation des données ornithologiques depuis 20 ans. Il devient le responsable régional du dossier ÉPOQ (Étude des populations des oiseaux du Québec) et tous les feuillets lui sont acheminés. Il suggère que les observations au-dessus du 51e parallèle soient compilées pour le secteur de l’Abitibi. De plus, il rapatrie près de 2000 feuillets de la région qui se trouvent à Rimouski. Cela permet déjà dans les années suivantes (2004) - de fournir des données ornithologiques à des organismes pour des projets de mise en valeur ou de développement tel que le projet de réserves de biodiversité des lacs Vaudray et Joannès et du Lac Sabourin.

On ajoute aux sorties d’observations, les 24 heures de mai «The Big Bird Day»
Au cours de l’année 2005, la SLOA reçoit la visite de l’AQGO (Association québécoise des groupes d’ornithologues). Suite à une entente entre le SCF (Service Canadien de la Faune) et de l’AQGO, ce dernier a décidé en 2006, dans le but d’aider financièrement les clubs ornithologiques, de verser une ristourne sur chaque feuillet reçu des clubs. La SLOA fournit près de 1200 feuillets annuellement.

Des projets sont soumis aux membres du club pour collaborer à des suivis d’espèces telles que le Pygargue, le Râle jaune et au quinquennal du Faucon pèlerin.

En 2005, la SLOA propose un projet de Tour d’observation sur le bord du Lac Blouin, à l’Association minière du Québec et à la Ville de Val-d’Or. Le projet est accepté. Après plusieurs années et de nombreuses embûches, le projet n’aboutit pas. Le conseil de Ville de Val-d’Or soumet une résolution en 2012 comme quoi le secteur serait protégé contre toutes constructions sauf celles dans le but de favoriser l’observation ornithologique.

Dans les années suivantes, les outils de diffusion de la SLOA s’améliorent. Le Mésangeai est imprimé tout en couleur et informatisé, un site internet est créé et la liste de diffusion Infonature est mise à jour. Le feuillet d’observations ornithologiques régional est mis à jour et devient disponible sur  internet. Le club a maintenant de beaux présentoirs et affiches pour se produire dans les salons, aux rencontres (clubs sociaux) et expositions (Expo-sciences). On passe de 100 membres en 2002 pour atteindre un nombre maximal de 165 membres en 2011. Des objets promotionnels font leur apparition et le club augmente sa visibilité auprès de la population et des commanditaires.

En 2008, la SLOA participe à l’identification des sites d'intérêt ornithologique de la région pour le Service Canadien de la Faune (SCF) dans le cadre de l'Initiative de conservation des oiseaux de l'Amérique du Nord (ICOAN). La même année, on dénote une augmentation de la participation des membres au Dénombrement des oiseaux d’hiver.

Après plusieurs années d’absence, la SLOA en 2009, participe à l’Assemblée générale annuelle du Regroupement QuébecOiseaux (RQO). Par la suite, un voyage ornithologique à Baie-du-Fèbvre rassemble onze participants.

La même année, la SLOA engage, en collaboration avec le RQO, Sylvie Gagnon, biologiste et membre de la SLOA, pour entreprendre une importante mise à jour des feuillets depuis les années 1970.

De 2010 à 2015

En 2010, la SLOA réalise un Inventaire du Grèbe jougris et des espèces d’intérêt sur les plans d’eau dans la région de Rouyn-Noranda. Un rapport est déposé auprès de la revue scientifique, le Naturaliste Canadien,  par Jonathan Gagnon, biologiste et membre SLOA, dans le but de donner au Grèbe jougris un statut officiel de protection. La demande n’est pas retenue.

Suite au rapport de cette année d’inventaire et en collaboration avec le Conseil régional en environnement (CREAT), un projet de Protection d’habitat et de mise en valeur des plans d’eau de Rouyn-Noranda est présenté auprès du Fonds environnement d’Hydro-Québec. Il est accepté! Les plans d’eau touchés sont Osisko, Noranda et la baie Sergius au lac Dufault. Devant l’abandon, depuis 2008, de l’entretien et du suivi des 26  marais en région par Canards Illimités, la SLOA aurait souhaité inclure au moins les marais Stadacona et Fiske dans ce vaste projet vu la présence du Grèbe jougris sur ces étangs.

Il sera aussi effectué un autre inventaire en 2013 par les mêmes intervenants : Marie-Julie Vander Haeghe et Jonathan Gagnon, tous deux biologistes, en collaboration avec Xtrata Fonderie Horne.

Le projet prend la forme de trois panneaux d’interprétation, de trois panneaux de signalisation,  d’une bouée de signalisation ainsi que de  quatre plates-formes flottantes. Aussi, un parapost intitulé «Rouyn-Noranda, lieu de nidification du Grèbe jougris : un nicheur à protéger, une biodiversité à conserver» est installé à la mairie de Rouyn-Noranda puis au bureau touristique pendant l’hiver. Un dépliant d’information est produit.

Ça bouge du côté de Val-d’Or. Louis Imbeau produit pour la SLOA la Liste annotée des oiseaux de la East Sullivan, site à résidus miniers de Val-d’Or. Suite au dépôt de cette liste auprès des instances gouvernementales et de la  minière Agnico-Eagle, un comité de suivi est formé. La SLOA rencontre : le MDDEP (Ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs) et le  MRNF (Ministère des Ressources naturelles et de la Faune) à Val-d’Or. Des études de caractérisation sont entreprises à l’été 2011 afin de déterminer le taux de concentration des polluants sur le site (poisson, eau et vase). Selon le résultat des études et de d’autres évènements circonstanciels, il est décidé de ne pas remblayer ce site au fort potentiel ornithologique.
De 2010 à 2015, la SLOA participe au projet de l’Atlas des oiseaux nicheurs du Québec. Cette collecte de données permet de réviser et de compléter le premier Atlas datant de 20 ans. 

En mai 2011, un voyage ornithologique s’organise  au parc national de Plaisance avec onze membres.

C’est la même année, en  2011, que  la SLOA réalise son premier calendrier des oiseaux de la région en partenariat avec la minière Agnico-Eagle.  Des photographes régionaux et plusieurs membres photographes de la SLOA s’activent dans cette production de haute qualité.

La SLOA poursuit cette création  jusqu’en 2015.

En collaboration avec le club, Jonathan Gagnon installe une station de baguage de Petite Nyctale  à Authier-Nord. Des visites sont organisées pour les membres en automne 2011 et automne 2012.

Sous la coordination de l’artiste Céline Dallaire et avec la participation de la SLOA, une vaste exposition régionale sur les oiseaux a regroupé plus d’une centaine d’artistes en arts visuels. Le vernissage a eu lieu en octobre 2011 auprès de 300 personnes. Pendant plus d’un an, l’exposition fera le tour du Réseau Biblio pour prendre fin en décembre 2013. Plusieurs Oiseaux en peinture se retrouveront dans le calendrier 2013 de la SLOA. En 2014, Mme Dallaire contribuera à continuer la sensibilisation de cette espèce  en réalisant une exposition solo sur le Grèbe jougris.

Le club prend part à plusieurs évènements tels que la Fête de la pêche au lac Noranda, au Salon régional du camping, sports et plein air, à Expo-sciences, à  Animation jeunesse de Rouyn-Noranda et à la distribution d’arbres au lac Osisko. Une conférence de presse pour l’inauguration des panneaux au lac Édouard pour le projet Protection d’habitat et de mise en valeur des plans d’eau de Rouyn-Noranda a lieu le 22 avril 2013 pour le Jour de la Terre.

Dans la même année, la SLOA présente un mémoire concernant la réalisation du parc national Opémican.

2013, déjà 30 ans! A l’Assemblé générale, on en profite pour souligner nos 30 ans. Diverses activités rattachées au 30e permettent de «souligner» toute l’année dont entre autres : une virée ornithologique en mai 2013 au Manoir d’Youville sur le territoire de Châteauguay, ainsi qu’une formation « Parulines » avec comme invité spécial, Jean-Philippe Gagnon, ornitrotteur.

En 2014, la SLOA participe à la rencontre concernant le plan de Gestion des milieux humides de la ville de Rouyn-Noranda. L’entente avec Canards Illimités étant terminée, la ville a été sensibilisée à l’entretien des étangs Stadacona et Fiske.

La SLOA s’implique toujours dans un kiosque sur l’ornithologie à Expo-sciences au CEGEP. En collaboration avec le CREAT, elle anime des groupes à Animation jeunesse au lac Osisko.

Des membres de la SLOA (Louis Imbeau, Jonathan Gagnon, Claudia Siano, Raymond Ladurantaye et Édith Van de Walle) participent à l’enregistrement d’une émission avec Pierre Verville « Fou des oiseaux ».  De la série de 13 émissions, une est consacrée à l’Abitibi.

Entre mai et août, 2 années consécutives, 2013-2014, des chroniques-oiseaux sont produites à Radio-Canada à l’émission de David Chabot avec la participation de la SLOA et de quelques autres partenaires.

Un projet de MISE EN VALEUR du site de la East Sullivan  est présenté à une rencontre  tenue en octobre 2014 à Val-d’Or avec le CREAT, la SLOA et des représentants du MERN (Ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles). L’élément qui ressort de cette rencontre est que le MERN a accepté de tenir la SLOA et le CREAT informés de ses intentions quant à ce site, c’est ce dont ils se sont engagés à faire lorsqu’il sera opportun, afin de continuer le dialogue.

Durant la même année 2014, Louis Imbeau s’implique dans quelques classes pour rencontrer des jeunes dans le projet, Engagés au fil de l’eau.

Le 23 mai 2015, au Salon du livre à Val-d’Or, c’est le lancement du guide-terrain «Oiseaux et plantes de la forêt boréale». Ce guide est édité en collaboration avec Roger Larivière, biologiste et auteur. Édith Van de Walle et Jonathan Gagnon, biologistes et membres SLOA ont contribué pour la partie des oiseaux nicheurs des milieux humides, ouverts ou forestiers en plus des espèces propres à l’Abitibi. Destiné aux parcs nationaux et autres sites touristiques et d’intérêts, ce guide bilingue permettra de rejoindre une vaste clientèle Québécoise et hors Québec.

La SLOA joue un important rôle de sensibilisation en région. Elle est devenue avec le temps, l’une des principales ressources sollicitées pour ses conseils dans les projets de développement et de mise en valeur. Et ce, encore et toujours, grâce à la participation active de ses bénévoles.

Par Suzanne Trudel, 2015

 

© Société du loisir ornithologique de l'Abitibi       adminsloa@sloa.ca